Quoi manger avec du vin

Melanger le vin avec? 

Choucroute

Le légendaire plat de choucroute alsacienne est une attaque contre toutes les bonnes intentions.

La base est la choucroute la plus fine, qui est cuite à la vapeur doucement et longtemps avec des oignons, du saindoux d’oie, de l’ail et des épices (clous de girofle, genièvre, coriandre, laurier, poivre), du vin blanc décent et du bouillon fin.

Une bonne demi-heure avant la cuisson, placez des tranches de porc fumé, des jarrets de porc, des saucisses de jambon grossier, des boulettes de foie, du lard fumé, des tranches épaisses de jambon et/ou de jarret de porc sur le dessus et faites-les braiser.

Les pommes de terre ne peuvent pas faire de mal, tout comme un, ou mieux deux verres d’eau-de-vie de poire peuvent faire après une journée de gourmandise. Alternative : Choucroute avec du poisson ou des fruits de mer fins.

 

Mousse de marrons

Battre 8 jaunes d’œufs avec du sucre jusqu’à ce qu’ils soient mousseux, verser du lait chaud dessus, faire chauffer et épaissir en remuant constamment.8 Les feuilles de gélatine trempées et pressées se dissolvent dans la crème en remuant.

Placez le mélange dans un endroit frais. Affiner la crème de marrons du verre avec 4 cuillères à soupe de cognac, incorporer les macarons aux noix émiettés et les ajouter à la crème avec la crème fouettée. Délicieusement bien réfrigéré.

 

L’automne, une période de bonheur pour le vin
Sur la manipulation quotidienne du vin

Du rouge à la viande, du blanc au poisson ? – Récemment, les grands restaurants ont commencé à recommander non seulement l’habituelle vodka glacée ou le champagne au caviar, mais aussi un Riesling Kabinett demi-sec de Mosel/Saar/Ruwer ou une sélection de Riesling sec du Palatinat. Les anciennes règles sont en constante évolution – ce qui a du goût et ce qui est permis est autorisé. Des vins blancs demi-secs avec du gibier ou des vins rouges frais et légers avec du poisson frit –

pourquoi pas ? Sur la question cruciale de savoir combien de temps un vin doit mûrir, le restaurateur professionnel Wolfram Siebeck, ce champion précoce de la renaissance du vin allemand, s’est plaint que les vins blancs étaient souvent bus trop jeunes, les vins rouges trop tard.

 

Vin et fromage – un rituel

Autrefois, le meilleur et le plus ancien des fromages rouges, que le client pouvait à peine s’offrir, était recommandé pour le chariot de fromage qui s’enroulait sur le client ignorant après le dessert comme l’orage d’un obusier, chauffé jusqu’à la veille de l’ébullition.

Le résultat : le fromage bleu intensif, le fromage à pâte molle crémeuse et grasse ou le munster rouge ont fait chuter le prix de cette baisse et ont entraîné une mort prématurée.

L’immense teneur en matière grasse des fromages mûrs et massifs, qui sont sans aucun doute un délice, est presque prédestinée à boucher les récepteurs du goût humain et à ne laisser aucune chance au vin rouge lourd.

 

la nature du fromage

De nos jours, selon la nature du fromage, les gens ont tendance à servir des vins blancs ou rosés acides, forts, finement acidulés ou sucrés résiduels, qui peuvent concurrencer le fromage. Les vins rouges choisissent des vins fruités, des rouges jeunes à des fromages légers, des vins rouges avec du sucre résiduel à une odeur crémeuse.

Le vieux Bordeaux au fromage bleu est une offense à l’humanité, déclare l’expert en vin Manfred Klimek.

Mais il n’a rien contre un Bourgogne mûr à un Livarot, un Comté ou un Pont l’Evêque, d’ailleurs – les aliments qui ne sont pas du tout compatibles avec le vin comprennent le citron, les tomates, les artichauts, les œufs, les câpres et la vinaigrette.


Décanter – spectacle de sommelier ou nécessité ?

Le vin arrive. Le maître présente la bouteille comme un sanctuaire, la débouchera avec un couteau de sommelier dont l’argent aveugle les yeux, manipulera le thermomètre à vin qui indique 24 degrés, la décantera avec délicatesse, en la tournant constamment et en y ajoutant une bougie, reniflera fort et se gargarisera de manière critique avant de considérer le verre de l’invité, qui le regarde haleter.

A moins qu’il ne préfère imposer une heure d’attente au vin (et donc au client) de toute façon.

 

Une chose à l’avance : un tire-bouchon ou un couteau de sommelier d’aspect esthétique,

AVvec un refroidisseur de vin et un thermomètre à vin sont parfaitement sensés ! Un tire bouchon à levier pour ouvrir votre bouteille vin rouge pour déguster votre vin.

Mais servir un vin rouge à une température ambiante de 24, 25 degrés ne suffit pas. La règle est née lorsqu’une température de 16-18 degrés n’était pas dépassée dans les appartements par manque d’isolation, ou même plus tôt lorsqu’il n’y avait pas de chauffage dans la salle à manger.

Aujourd’hui, les vins rouges légers brillent à 14 degrés. Une vieille Riserva espagnole ou chilienne atteint son apogée à un maximum de 20 degrés.

À l’inverse, toutes les papilles gustatives gèlent dans le vin blanc à une température proche du point de congélation. 10 degrés, en revanche, permettent à toute la gamme des arômes de s’épanouir.

Un vin mousseux trop tiède est nécessaire.

La décantation d’un vin de qualité (rouge ou blanc) dans une carafe doit empêcher les sédiments restants de se combiner avec le corps noble et de troubler non pas le premier, mais peut-être le second verre.

Le contact du vin avec l’oxygène devrait également donner de la profondeur.

L’automne, une période de bonheur pour le vin

D’autres avis s’opposent au fait que l’oxygène détruit le vin et qu’une heure de respiration le fera partir plus tôt. Une bouteille de vin après le simple débouchage de 10 minutes

Publié dans vin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thème : Overlay par Kaira. Texte supplémentaire
Le Cap, Afrique du sud